juillet
26

Darkest Dungeon

Posté dans : Jeux vidéos par admin

Darkest dungeon est un jeu vidéo sur PC, financé via souscription, qui est actuellement en phase beta.

C’est un « dungeon crawler » que j’ai découvert par hasard. Sa particularité est qu’il met l’accent sur la fragilité psychologique des aventuriers et sur le stress inhérent à l’exploration de donjons. Il est un successeur d’un très vieux jeu nommé « Rogue« . Je n’y ai jamais joué mais les jeux de l’époque était souvent plus dur. Darkest Dungeon est un jeu hardcore qui est sauvegardé en ligne en continu sans possibilité de retour en arrière. Ainsi, la mort d’un aventurier, qui a difficilement passé de niveau, est définitive.

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Entre 2 expéditions, les aventuriers se retrouvent dans un village où ils peuvent récupérer, se réapprovisionner et s’améliorer.

Il y a actuellement 12 classes de personnages comme : pilleur de tombe, occultiste ou médecin de la peste. Chacun a 6 capacités à développer dont 4 maximum utilisables en même temps.

(une fiche de personnage, il manque peut-être quelques caractéristiques pour mieux différencier les heros - cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Les phases d’exploration se font en scrolling latéral et une expédition se monte avec 4 aventuriers du pool recruté au village. Le design graphique est dans un style bande dessiné dark fantasy. La direction artistique tant visuelle que sonore est une des grandes réussites de ce titre. Lors d’un combat (voir ci-dessous), le placement entre l’avant et l’arrière et important, beaucoup d’attaques ou de capacité ne sont utilisables qu’à certaines places.

Il est possible de camper dans les donjons (sauf dans les plus courts), ce qui permet de reprendre un peu de forces et de moral si on a assez de nourriture. De plus, 12 points de répit sont à dépenser par les personnages, qui ont des dons génériques ou spécifiques à leur classe (plus ou moins coûteux), pour divers bonus ou restaurations.

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Régulièrement, les apprentis héros lancent une tirade, parfois humoristique, qui met dans l’ambiance.

Les objectifs sont de monter 1 personnage de chaque classe au niveau maximum (6) et tuer certains boss.

(la sorcière, le 1er boss que j’ai rencontré, jette un des aventuriers dans son chaudron - cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Lorsqu’on prend une attaque critique, certains pouvoirs de monstre, qu’on tombe dans un piège ou qu’on lit certains livres, on prend des points de stress. A 100, un personnage gagne une folie temporaire (tout cela rappelle la santé mentale dans l’Appel de Cthulhu) qui va le faire agir bizarrement (refuser parfois de se faire soigner par exemple) et stresser ainsi ses compagnons, ce qui peut engendrer des réactions en chaîne. Il arrive plus rarement qu’un combattant devienne plus résolu et calme ses compères.

A la fin d’une expédition, les membres du groupe gagne des traits positifs ou négatifs. On peut contre paiement en soigner au sanatorium voir ci-dessous).

Le jeu est prenant et on s’attache facilement à ses personnages plus ou moins chanceux.

Le stress peut être soigné en ville : soit à l’auberge (boisson, jeu d’argent ou fille de joie) ou au temple (méditation, prière ou flagellation). En plus du coût, cela peut amener des travers et certains ne veulent utiliser qu’une méthode, pas toujours disponible. Les différents bâtiment du village sont améliorables grâce au butin rapporté des pillages. Le repos à la base est donc une phase de gestion – très bien faite également.

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Les monstres sont parfois très « lovecraftien » :

La grosse mise à jour de fin juin a été très intéressante avec de nouveaux personnages, une difficulté accrue au delà du niveau 3 et la gestion du stress au delà de 100 (à 200 on peut maintenant mourir d’une crise cardiaque). Elle a aussi ajouté des monstres comme une entité indicible invoquée quand on appuie bêtement sur un bouton (ci-dessous) :

Quand un explorateur tombe à 0 pv, chaque dégât supplémentaire risque d’être fatal. On peut tenter de fuir un combat ou quitter une quête en cours ( mais cela génère du stress et on manque la récompense). Une bataille difficile, contre le boss de fin de donjon comme ci-dessous, après une longue exploration pose donc un vrai dilemme (cette fois la, j’ai gagné avec tous les combattants qui ont fini a 0 points de vie !). De plus, il y a peu de soigneur dans les classes de personnages.

J’ai déjà plus d’une quarantaine d’heures de jeu sur Darkest Dungeon que j’aime beaucoup comme vous l’aurez compris. Il doit sortir en version finie à l’automne. Je compte reprendre certaines idées pour ma campagne de jeu de rôle Dungeon Crawl Classics.

0
juillet
20

Kickstarter – Bones III

Posté dans : Figurines par admin

Après avoir résisté à quelques kickstarter, je viens de craquer pour Bones III de Reaper :

La campagne est encore en cours pour 4 jours et dépasse les 1,4 millions. Je ne prends que le set de base à 100$ et peut être un ajout à 10$ pour éviter les frais de douane. Il y a de chouettes aventuriers, hommes-lézards, yétis ou lycanthropes.

0
juillet
13

Mon fils Alexandre a peint quelques figurines de mon stock. Pour la motivation, elles sont à lui une fois finies.

Ils voulaient des gobelins et voici donc des figurines SDA plastiques obtenues dans un lot (cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

Et pour aller avec ses space marines, une vieille figurine Warzone :

0
juillet
9

Il y a déjà quelques semaines, j’ai livré une bataille Epic contre Pierre-Yves. Mon armée de l’Adeptus Mechanicus légèrement modifiée était la suivante :

  • Titan warlord avec légat, cloche de dévotion, poing de combat et destructeur plasma : 825
  • Meutes de 2 titans warhound avec destructeur turbo laser léger et méga bolter vulcain léger chacun : 500
  • Ordinatus Golgotha : 550
  • Cohorte de skitarii avec hydre et technoprêtre : 300
  • Cohorte de prétoriens avec 3 chimères, une hydre et un technoprêtre : 375
  • Cohorte d’exploration avec 6 sentinelles : 150
  • Escadrille d’intercepteurs (2 thunderbolts) : 150
  • Soutien orbital (croiseur) : 150

Total : 3 000

De son côté, Pierre-Yves joue des nécrons.

Voici le champ de bataille en début de partie :

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Aucun objectif n’a été placé sur ma gauche. Etant peu nombreuses, mes troupes se concentrent à droite. Les nécrons sont positionnés au centre avec beaucoup d’unités en attente d’arrivée par portail ou téléportation.

Mes sentinelles parties en éclaireur se trouvent de suite sous le feu ennemi et sont décimées.

Mon titan warlord s’avance fièrement au centre mais l’adversaire va l’éviter et se concentrer sur mes formations plus fragiles.

Je perds l’initiative à un moment important et mes skitarii sur la colline à droite, isolés, vont subir plusieurs attaques sans pouvoir réagir.

Je programme mal l’arrivée et les cibles du croiseur orbital qui va encore être peu efficace. Le flanc droit est pris par les nécrons.

Les prétoriens au centre finissent démoralisés.

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Tout du long de la bataille, l’ordinatus est harcelé par des unités nécrons de corps à corps téléportés à côté de ma base. Il parvient tout de même à faire un tir de barrage puissant. Cette version peut être intéressante mais l’Armageddon me semble plus rentable.

Un de mes warhounds est endommagé et l’unité déroute 1 tour avant de se rallier.

Voici la situation en fin de partie : défaite pour le Mechanicus mais le milieu de partie fut tendu.

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

0
juillet
6

Pages Epic et Mythe de Cthulhu

Posté dans : Figurines par admin

J’ai ajouté des pages fixes dont les liens sont dans le bandeau haut du blog.

La 1ère présente mes armées Epic Armageddon et les les liens vers les rapports de bataille.

Voici ainsi toutes mes forces de l’Adeptus Mechanicus rassemblées sur une photo (cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

Et revoici mes forces Ultramarines (cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

La 2ème page rassemble toutes mes figurines peintes inspirées du Mythe de Cthulhu.

La liste des pages faisant maintenant 2 lignes, j’ai du bricoler un peu le code CSS du thème sans que cela soit parfait.

0