Blitzkrieg – campagne Stalingrad (2)

Après une pause, Anthony et moi reprenons la campagne Stalingrad avec la nouvelle édition de la règle (voir ICI la bataille précédente).

Nous sommes donc au jour 3 dans les quartiers résidentiels.

Je n’ai pas fait de remplacements parmi mes compagnies d’infanterie mais j’ai investi dans une batterie de nebelwerfer, dans un panzer III supplémentaire et un soutien aérien (stuka).

Voici les positions de départ. La concentration des troupes est forte. Je découvre de nombreux tanks russes arrivés en renfort.

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Les grenadiers allemands sont positionnés dans les ruines et les bâtiments prêts à bondir pour prendre les objectifs neutres du centre (voir les gemmes rouges sur la photo – la 6ème est dans la ruine au centre). Il me faut prendre rapidement 1 objectif en plus de celui que je tiens au départ pour ne pas être rejetés de la carte.

Nous avons tous les deux de l’artillerie plus des lance-roquettes, c’est l’occasion de tester ce point qui a changé dans la nouvelle édition. Je suis le premier à avoir un contact radio et des obus de 105 mm pleuvent sur la compagnie russe à découvert au sud :

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Nombre d’entre eux sont démoralisés.

Mes blindés sont nettement moins libres de leurs mouvements car les T34 rôdent :

Je fais d’ailleurs plusieurs déplacements imprudents en ne faisant pas attention aux lignes de vue et à la présence de fusils antichar dans les ruines. Je perds rapidement une automitrailleuse et un panzer III au nord alors que les tirs à longue portée ratent sur l’axe central.

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Mes troupes progressent au sud mais ailleurs les tirs proches sont assez meurtriers.

Les roquettes tombent sur la compagnie ennemie du centre. elle est très affaiblie mais elle tient bon.

Nous voyons ensuite l’importance du changement dans la liste d’armée russe avec la différentiation du moral et de l’expérience. Les conscrits soviétiques résistent mal au tir mais leur moral classé « déterminé » leur permet de se rallier facilement et de revenir lancer leurs vagues d’assauts au mépris des pertes…

Les chars russes restent rustiques et d’emploi rigide, mais cette fois leurs fusils antichar font mouche à courte portée et mon panzer III qui file prendre à revers les T34 va en faire les frais. Un T34 dans le bois est immobilisé puis détruit.

Au nord le combat StuG contre T34 et KV1 tourne en faveur du russe dans ces espaces étriqués.

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Un assaut d’infanterie sur les T34 avancés au centre détruit un des blindés mais les fantassins russes chargent et gagnent plusieurs corps à corps. Le vil communiste reprend les objectifs du centre au tour 3. Je suis contraint au repli. Les pertes humaines ont été lourdes des 2 côtés mais j’ai perdu d’avantage de blindés.

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Au 4ème jour, je décide de reposer mes troupes et je retire du front mes panzergrenadiers et pionniers presque éliminés. Anthony a lui ordonné une attaque. Nous jouerons donc une bataille dans le quartier des usines. Il me faut finir des décors avant de pouvoir jouer la suite.

Edité le 06/09/16 : Anthony a mis en ligne son propre rapport ICI.

Ce contenu a été publié dans Figurines, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Blitzkrieg – campagne Stalingrad (2)

  1. Captainlille dit :

    C’était vraiment une partie intéressante et la nouvelle règle est vraiment bien. Des points sont clarifiés et les russes sont moins handicapés qu’avant. Leur manque d’équipement est, dans cette version, compensé par leur moral. La règle de vague d’assaut russe a été une mauvaise surprise pour les troupes allemandes et j’ai aussi beaucoup aimé voir la tête d’Olivier quand il a vu mes chars se déployer. Il ne s’y attendait pas, un élément de surprise qui a clairement jouée en ma faveur.
    Vivement la suite.

Les commentaires sont fermés.