War at sea – Condition Zebra et initiation

J’ai acheté 4 boosters de la nouvelle extension pour War at sea, dénommée Condition zebra. Voici les nouvelles unités que j’ai acquises :

Les quelques modifications des règles sont intéressantes et bienvenues : affaiblissement des sous-marins harassés, torpilles des navires lancées en même temps que les tirs de canons, les évasions des petits bateaux face aux gros calibres et le mitraillage modifié.

J’ai initié un ami à cette règle en jouant un affrontement limité avec des flottes à 100 points. Il a choisi la flotte italienne avec le cuirassé Littorio, 3 croiseurs et un patrouilleur.

J’ai pris une flotte plus diversifiée de britanniques avec le porte-avion Victorious, le vieux cuirassé HMS Royal Oak, un sous-marin grec (ils font leur apparition dans cette extension) et 2 destroyers, un chasseur et un avion torpilleur.

Les italiens ont rapidement pris les objectifs centraux et mon cuirassé a coulé sans renvoyer coup pour coup à son adversaire. Par contre, mon sous-marins a posé des soucis à Anthony qui n’avait que son patrouilleur pour tenter de l’écarter.

C’est donc une victoire de l’axe mais nous ferons une autre partie à 200 qui est un format plus intéressant pour se constituer une vraie flotte équilibrée.

Ce contenu a été publié dans Figurines, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à War at sea – Condition Zebra et initiation

  1. Marell le Fou dit :

    Peux-tu en dire un peu plus sur le déroulement le style jeu (par rapport à Man O’War par exemple) ?

  2. Jaffar dit :

    La bonne rencontre,
    Une sympathique partie qui a vu la puissante flotte du Duce apprendre l’art de naviguer aux perfides anglais. Ils ont payé leur impudence de 1935, on n’empêche pas l’italie de réaliser ses rêves d’empire.
    200 points ? Quand tu veux: l’Italie est prêtre au combat. Oui tu as bien lu, je reprendrais le commandement d’une escadre italienne.

  3. admin dit :

    @Marell : c’est un jeu à collectionner. Les joueurs agissent à tour de rôle à chaque phase (mouvement des bateaux, assignation des unités aériennes, combats aériens, tirs des navires, sous-marins et rebasement des avions). On bouge chaque unité indépendante (pas de formation) sur une carte quadrillée. Chaque attaque demande de lancer un certains nombre de dé (touches sur 4-5, double touche sur 6) qu’on compare à une valeur d’armure. Dans une partie à 200, on a environ une dizaine d’unités. Une partie est rapide, le côté historique est assez léger. 🙂
    @Jaffar : tu verras mon plein potentiel lors d’une vraie partie à 200. L’Italie a de l’inquiétude à se faire… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *